ou ENREGISTREZ VOUS Nous suivre :
Centre national de ressources et d'information sur l'intelligence économique et stratégique

Témoignage - L’IE, un outil au service de la réussite de toutes les entreprises

L’IE serait réservée aux grands groupes, présents à l’international ? Cette assertion trop souvent répandue masque en réalité l’étendue des bénéfices que peuvent retirer tous les entrepreneurs, et ce quelle que soit la taille de leur entreprise. Henri Lemoine, DG de Klaas All-Road a suivi une formation professionnelle en IE à l’Ecole de Guerre Economique et revient pour le Portail sur son expérience de l’intelligence économique.

Portrait

Henri LEMOINE, directeur-général de KLAAS ALL-ROAD (www.klaas.fr) depuis 2012, utilise au quotidien les outils qu’il a pu acquérir lors de sa formation en IE en 2013 avec succès : son entreprise    de 10 personnes affiche une santé remarquable et une croissance de son chiffre d’affaires de 20% par an depuis 2009. Spécialisée dans le négoce neuf et occasion, la location, la maintenance et les solutions de financement de grues de levage « KLAAS » dont il est importateur exclusif, KLAAS ALL ROAD est née d’une scission de capital avec les Ets CHASTAGNER en 2012. Henri LEMOINE, aujourd’hui âgé de 28 ans, était déjà chef d’entreprise lorsqu’il a décidé de suivre un Master spécialisé en IE, en alternance.

Cette démarche originale  alors que son entreprise était déjà florissante a attiré notre attention.Cet entrepreneur à la poignée de main aussi franche et droite que son sourire est chaleureux a accepté de revenir sur cette décision et sur les apports concrets et quotidiens de l’IE pour un entrepreneur.

L’IE m’a apporté la pleine conscience, et a donné beaucoup de sens aux choses.

Le premier point que je retiendrais de ma formation en IE est la structuration mentale personnelle et l’appui à la démarche intellectuelle d’entrepreneur qu’elle m’a apporté. En 2013, je me sentais encore perfectible dans un certain nombre de pans de mon activité d’entrepreneur. Ma première surprise a été de constater la puissance de travail qui se dégageait de groupes d’étudiants aux profils très différents. Cela a résonné très fort avec ma conception collective de l’entreprise : si la décision de départ revient souvent à un homme, la réussite du projet est une œuvre collective. Cette dimension humaine de l’entreprenariat m’est indispensable. Sans mes collaborateurs, leur investissement et leur amour de l’entreprise, KLAAS ALL-ROAD ne serait pas l’entreprise qu’elle est.

Je perçois plus l’IE comme un concept avec des objectifs et des méthodes, que comme une vraie discipline, une matière à enseigner en école de commerce. J’y ai gagné une plus grande hauteur de vue sur les évènements et j’ai ainsi développé une vraie ambition. Vraie, car elle s’appuie désormais sur une méthode d’analyse et des réflexes pour cartographier les acteurs, les évènements et en tirer des conclusions pleinement conscientes. Les forces, les faiblesses, tant de mes concurrents que de mon entreprise sont plus claires. Je peux ainsi développer avec mes équipes des stratégies nettement plus offensives pour gagner plus de marchés, améliorer l’efficacité des solutions proposées aux clients, savoir quels leviers d’action et d’influence mettre en œuvre.

L’IE repose sur un ensemble d’outils pratiques, fiables et efficaces, y compris pour les PME

Très rapidement, j’ai mis en place des outils que j’ai découverts lors de ma formation, les premiers ayant été développés avant même la fin du Mastère Spécialisé.

Il s’agit tout d’abord d’outils de cartographie : cartographie des concurrents, des alliés et des intervenants « neutres » vis-à-vis de mon entreprise. Mais également une cartographie des risques de la structure, sur la base de laquelle nous avons développé un plan d’action pour la consolider et faire face aux vulnérabilités identifiées. Car pour une entreprise comme KLAAS ALL-ROAD, maîtriser les vulnérabilités est vital, notre taille nous expose et il est nécessaire de prendre en compte les risques sous peine de disparaitre. Et dans ce cadre, l’anticipation reste la meilleure réponse. La cartographie systématique des vulnérabilités permet cela.

Des outils de veille ont aussi été développés : outil de veille concurrentielle et outils de veille sur le marché des produits d’occasion. Ce marché étant vraiment étroit, la réactivité est vitale. Grace aux outils de veille, nous avons gagné cette réactivité et remporté des marchés qui nous auraient échappés de manière certaine.

Tous ces outils ont un point commun : une maîtrise poussée des capacités de recherche et de veille offertes par l’outil internet. Cela est désormais incontournable, eu égard à l’importance prise sur le marché de l’occasion par internet : sites de ventes, et/ou de location grand public, sites réservés aux professionnels.

Afin de capitaliser toutes les informations nées de cette systématisation de la surveillance de l’environnement et de la recherche d’informations, j’ai développé une culture du retour d’expérience, le « retex ». Avec mes collaborateurs, nous étudions objectivement et de manière très critique les succès mais aussi les échecs commerciaux. Grâce à ce travail collectif, nous pouvons capitaliser le savoir ainsi créé. Chacun des mes collaborateurs s’approprie selon son parcours et ses affinités les outils et la stratégie mise en place. Mais au final, tous ont gagné en autonomie.

Ces outils articulés avec cette culture d’entreprise ont permis de mettre en place une stratégie offensive dans tous les domaines. Bien évidemment, les outils numériques y jouent un rôle important. En particulier le site internet de l’entreprise. Lui aussi est conçu en utilisant les acquis de l’IE, et il est très efficace, notamment pour faire venir à nous de nouveaux clients qui ne nous auraient pas forcément connu autrement.

L’IE est un vrai plus pour les entrepreneurs, quelque soit la taille de leur entreprise et le secteur d’activité.

Au regard de ma propre expérience, je ne peux que conseiller aux entrepreneurs d’importer dans leurs sociétés les méthodes, outils et objectifs de l’IE, soit en suivant eux-mêmes une formation en IE, soit en s’entourant de collaborateurs proches formés en IE.

L’IE est une boite à outils qui permet d’avoir pleine conscience tant de ses forces et faiblesses que des enjeux du marché. Tout cela permet d’avoir une ambition vraie et de gagner plus de marchés. Les entrepreneurs savent tous gagner des marchés, en ce sens, ils utilisent tous plus ou moins certains éléments d’IE. Mais le fait d’avoir une vraie formation en IE va leur permettre de formaliser ces méthodes, outils, pratiques et donc d’avoir pleine conscience de les utiliser. Grace à cette approche pleinement consciente, j’ai remporté des marchés pour une valeur de plusieurs centaines de milliers d’euros, que je n’aurais pas remportés autrement.

Un entrepreneur formé à l’IE gagnera donc une ambition, un objectif et des outils qui permettent d’avancer sur la stratégie d’entreprise, la tactique et la défense des biens.

L’IE est donc l’outil de la liberté de penser, l’outil d’aide à la virtuosité de l’œuvre collective et une création de richesse immatérielle d’autant plus importante qu’elle est collective.

Généreux et attentif à promouvoir l’aspect collectif de l’entreprenariat, Henri LEMOINE est également accompagnateur au sein du « réseau entreprendre Picardie ». Il apporte ainsi son dynamisme, son ambition et son envie de réussir à un homme qui a repris, il y a un an, une entreprise de ferronnerie en Picardie.

Propos recueillis par Eric BARBOSA et Sarah ROSENBLATT

Catégorie : Automobile et transport
Dernière modification le 26/11/14

Derniers articles de la rubrique

Vidéo
Twitter